Aller mieux ne veut pas dire aller bien Accéder au contenu principal

Sélection

5 grands moyens de traiter le SIBO = colonisation bactérienne chronique de l'intestin grêle

SIBO (Small intestinal bacterial overgrowth) en anglais, ou: Colonisation bactérienne de l'intestin grêle peut être une pathologie très frustrante et récalcitrante à traiter. J'ai d'ailleurs été moi même confrontée à la question ces dernières années en essayant différentes approches pour remédier à ma propre bataille contre un cas de SIBO à dominance méthane assez sévère.

En parcourant moi même le net j'ai effectué énormément de recherches pour essayé de compléter les conseils qui m'ont été donnés par des praticiens de santé. Il y a tellement de ressources intéressante disponibles concernant le SIBO, seulement il faut beaucoup de temps pour tout éplucher (sans mentionner l'endurance mentale) pour jauger et comprendre malgré les informations contradictoires.
Done j'ai pensé qu'il serait vraiment bien de partager les sites utiles et de bons articles pour vous aider dans votre voyage contre le SIBO. Voici donc 5 sites (anglais) que je lis régulièrement.

#…

Aller mieux ne veut pas dire aller bien

Aller mieux ne veut pas dire aller bien

Après 2 ans exactement de maladie, des milliers d'euros dépensés, de grandes souffrances vécues, bref un cauchemars sans nom, je fais le bilan. Je passais de quelqu'un d'actif, étudiante fraîchement diplômée de licence de langues, en stage dans un lieu idyllique (Miami Beach quand même), à un légume à peine capable de se brosser les cheveux, se laver, aller aux toilettes et marcher plus de 50 mètres sans m’asseoir ou m'allonger, mes jambes ne me portaient plus, mon cerveau ne commandait plus rien et envoyait des signaux anormaux à tout va dans tout mon corps (brûlures, douleurs articulaires, musculaires, aux os, plus capable de penser normalement, de parler normalement, de lire et/ou regarder la télé normalement...) cloîtrée dans un corps qui n'était plus le mien. Bon je l'avoue, ce corps qui un jour fût le mien, je ne l'ai toujours pas retrouvé. J'en suis toujours loin quand même. Mais je ne perds pas de vue cette lumière qui me guide au bout du tunnel. Alors que j'entreprends un nouveau traitement de choc, auquel peu de monde peut s'imaginer à quel point ça ressemble à une chimiothérapie mais par antibiotiques tellement ça vous rend malade, j'envisionne tout ceci en gardant une seule chose en tête, ma quête vers la normalité, qui vaut de l'or, et dont on chéri tellement peu lorsqu'on ne l'a jamais perdue.

Alors, deux ans après, je regarde en arrière et je vois tout de même le chemin parcourus. Certes cela peut vous paraître minime à comparé aux efforts et à l'argent dépensé pour gagner quelques kilomètres sur cette course, mais pour moi c'est déjà une grande victoire. Je suis à nouveau capable de "fonctionner", de me faire à manger seule, de me laver seule, de conduire seule dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres, de faire des sorties de temps à autre. Bien que tout cela me coûte énormément, vraiment. Je prends énormément sur moi pour pouvoir apprécier ne serait-ce qu'une once de ces moments, mais ça vaut tout pour moi, même si j'ai beaucoup de mal à outre-passer ma douleur et mon malaise, mes troubles neurologiques et cette sensation d'être coupée du monde dans mon cerveau, je prends chaque miette de cette normalité qui m'est donné de vivre, aujourd'hui. J'écris, sur ces pages "virtuelles", car il m'est plus facile que de le faire à l'ancienne, à la main, pour qu'un jour je puisse témoigner et relire l'avancée que j'ai faite. Pour me rappeler car croyez moi quand vous avez vécu l'enfer et que vous en sortez petit à petit, il est bien plus facile d'oublier les souffrances que d'oublier les bons moments et le bien être qu'on a un jour vécu lorsqu'on souffre. J'espère aussi, donner espoir à d'autres malades qui passeront par là, de part mon expérience et par mon histoire. Car si j'ai pu avancer et m'aiguiller vers telle ou telle thérapie, puisqu'il n'y a aucun réel traitement efficace pour une personne X ou Y, on se dirige un peu dans le noir, alors trouver des témoignages ici et là, c'est aussi très salvateur dans notre conquête vers une vie meilleure. Dans un autre temps j'espère aussi, même si je sais que cela sera bien moi évident et/ou réellement utile, montrer et expliquer à quelle point la santé est tout et le reste n'est que du superficiel, on croit que l'argent et le matériel nous apporte du bonheur mais c'est faux et malheureusement il faut toucher le fond pour réellement réaliser ceci. Je ne souhaite bien évidement ça à personne, mais je m'estime heureuse de pouvoir témoigner de cela et savoir la valeur réelle de la vie et des petits bonheurs, non palpables, que beaucoup ne savent plus apprécier par ce qu'on ne vit dans un monde fait de paillettes et poudre aux yeux.

Je continue alors ma route, en espérant que mon entourage et les personnes que j'apprécie comprendront que je vais mieux mais que je souffre toujours beaucoup et que c'est difficile pour moi de "vivre"! Je réalise que l'aspect extérieur tout à fait normal et voir une personne soit disant "malade lourde" faisant des activités ici et là semble infondé. Je ne me sens en aucun cas obligée de me justifier ici, mais je le fais juste en piqûre de rappel à titre totalement neutre, pour tous les gens qui souffrent et sur lesquels on ne peut déceler aucune souffrance tant leur visage peut paraître lumineux. Comme d'habitude, à suivre...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés